Vous avez dit…Asisi ?

Dresden, je t'aime.

Dresden, je t’aime.

Dresde a ses incontournables. Et les panoramas d’Asisi en font partie.

Pour les voir, il suffit de se rendre dans le quartier de Seidnitz/Dobritz où l’artiste a investi un ancien gazomètre. De forme circulaire ce réservoir servait autrefois à stocker du gaz produit en usine.

Les œuvres d’Asisi sont des fresques réalisées à 360° degrés. Elles rappellent de grandes heures de l’histoire ou proposent une immersion au cœur de paysages vertigineux. Elles sont le fruit d’un important travail de documentation associé à des pratiques artistiques telles la peinture, la photographie numérique et le dessin.

Chaque nouvelle exposition de l’artiste est un événement. En témoigne le succès de Dresden 1945. Tragédie et espoir d’une ville européenne réalisée en collaboration avec le Musée d’histoire militaire de Dresde. Quoi de plus naturels pour les Dresdois que de s’intéresser à l’histoire de leur ville ; une ville meurtrie, sacrifiée un soir de février 1945. L’occasion de rappeler que d’autres villes allemandes et européennes ont subi le même sort.

Sur une immense toile, la ville – tout du moins ce qu’il en reste – est tour à tour montrée de jour et de nuit. Une nuit à laquelle Asisi restitue toute son angoisse à travers un jeu de lumières et de sons du compositeur belge Eric Babak. Le travail de reconstitution est extrêmement précis et propose différentes lectures selon que l’on observe de plein pied ou depuis les différents étages de la plateforme panoramique.

Vous remarquerez peut-être ces deux perroquets qui survolent le champ de ruine. D’où viennent-il ? C’est cette question que j’ai posé sur mon compte twitter. La réponse qui m’a été indiquée se trouve dans cet article. Avec ces oiseaux, Asisi rappelle que le Zoo de Dresde est lui aussi tombé sous les bombes et que peu d’animaux ont survécu. La légende raconte que des lions, des zèbres et des girafes ont été aperçus errant dans la ville après les bombardements.

© Dresden, je t'aime.

© Dresden, je t’aime.

L’exposition s’achève sur un film dans lequel hommes et femmes racontent pour certains leur enfance dans les décombres, pour d’autres leurs efforts pour reconstruire leur ville. Le concept d’urbanisme d’après-guerre est également remis en cause dans ce document.

Si vous vivez en France et que ces panoramas vous intéressent, sachez que le Panorama XXL, ouvert en décembre 2014 à Rouen, est le seul lieu culturel à exposer en France les œuvres spectaculaires de Yadegar Asisi. En Allemagne c’est à Leipzig, Berlin et Pforzheim que vous pourrez les voir.

Dresden 1945 : Tragik und Hoffnung einer europäischen Stadt.
Jusqu’au 31 mai 2015
Panometer Dresden
Gasanstaltstraße 8b, 01237 Dresden

8 réflexions sur “Vous avez dit…Asisi ?

    • Oui dommage ça aurait été un truc sympa à faire ensemble mais tu sais il y a un roulement dans les panoramas du coup la prochaine fois que vous viendrez celui ci sera peut être de nouveau la ! Merci de m’avoir lue en tout cas ! #sisilafamille

  1. Est-ce que vous savez combien de temps ce panorama va rester? Est ce que c’est tout en allemand? Et dernière question, pensez-vous que ce soit adapté pour deux ados français de presque 15ans ou bien y a-t-il des images trop violentes?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s